French
Avatar

ValK ::: karacole ::: kolavalK
@ValK

photos ::: infos ::: oripeaux

ValK receives €89.08 per week from 32 patrons.
Donate   Credit/Debit Card Direct Debit PayPal

Statement

Trois facettes : ValK lie photos & visions au fil des temps & des tempêtes; karacole lit les infos & propos des fil-le-s de luttes ; kolavalk lie des fils en talismans, grigris et oripeaux... Quotidiennement, on me retrouve plutôt du côté ValK sur twitter. Je n'arrive pas encore à trouver mon équilibre sur Mastodon mais je ne désespère pas ;)


Côté photos : ValK
::: https://www.flickr.com/people/valkphotos
::: mise en ligne aléatoirement de mes photos et archives... vu le travail déjà fourni, je risque rester sur flickr malgré son coût et l'absence de paramétrages à mon goût. J'envisageais de refaire site personnel, mais ce que j'imagine demande des compétences que je n'ai plus ! J'ai quitté instagram, trop intrusif, mais mes test sur Pixelfed ne me convainquent pas trop...


Côté infos : karacole
::: Agenda local : https://44.demosphere.net
::: Lectures vocales : https://archive.org/details/@karacole et son relai https://twitter.com/karacole__


Côté grigris & oripeaux : kolavalk
J'ai quitté instagram, devenu beaucoup trop intrusif, mais mon compte reste visible ici et cherche toujours une alternative. J'avais pensé là aussi faire mon propre site mais... non ! J'ai fini par créer un album sur Flickr et un compte sur Twitter mais sans grande conviction !


Pour celleux qui veulent en savoir plus... attention, le topo ci-dessous est long !

Je continue à me définir comme photographe avant tout mais depuis 2020 j'ai l'impression qu'une page s'est tournée et c'est très compliqué. J'essaye de trouver un équilibre dans mes différentes "orientations" mais l'aspect informatif et la sensation d'urgence à faire savoir / connaître prend souvent le dessus sur les aspects plus créatifs, ma conscience me laissant rarement en paix au milieu du champ de bataille de la guerre sociale qui s'étend. De plus, ma dépendance au RSA couplée à mon handicap, bref, les aléas de la vie "choisie" de précaire, déplacent régulièrement mon énergie dans d'autres domaines.
Ces années, cependant, entre mon corps qui s'abîme, mes blessures physiques et mentales, mon rythme qui ralenti et la nécessité de prendre du recul pour souffler, je me rends compte qu'il faut que je revois complètement ma manière de fonctionner, que je fasse un travail plus lent, plus profond. Trier de milliers de photos inédites, mettre en ligne des archives accessibles à tou-te-s et stables ! Bon sang, quelle défi la stabilité des archives sur internet ! J'envisage régulièrement de mettre au moins mes photos les plus représentatives des luttes sociales que j'ai documentées de 2003 à 2019 sur archive.org ou wikipedia mais ça me semble un tel chantier que je suis paumée sur comment organiser ça. J'aimerai aussi faire un rendu d'oeuvrière, sous forme de livre(s) ou d'expo(s), mais ça semble inaccessible... J'aurai aimé faire de la transmission de savoirs, aussi...
Que faire ? Comment faire ? Pour quoi faire ? C'est aussi le soutien que je pourrai recevoir par ici qui le déterminera.

État des lieux : Attention la partie ci-dessous, beaucoup beaucoup trop dense et indigeste, n'a pas été mise à jour depuis plusieurs années. Pour résumer la situation, depuis l'ouverture de cette cagnotte... C'est pire ! Personne "à risque", je suis auto-confinée quasi sans arrêt depuis mars 2020. Et entre le covid, le burn-out militant et les restes de syndromes post-trauma laissés par les flics, chaque renoncement collectif à la protection des moins-ayant, volontaire ou imposé, a augmenté ce qui pourrait s'apparenter au syndrome de l'escargot (oui, je sais, ça s'appelle pas comme ça, c'est pas exactement ça, laissez-moi!)

Merci d'avoir lu au moins jusque là ❣️ 🐌 ...

Côté photos : * Le site flickr.com a augmenté ses tarifs, il passe à 49.99 $ / an. //edit 2022: l'abonnement a ENCORE augmenté et il est désormais de 71,99€ / an !!! C'est là que je stocke toutes mes photos particulièrement depuis que mon site personnel hébergé par free.fr est tombé suite à une vraisemblable attaque DDOS dans la foulée de la première attaque contre la zad de Notre-Dame-des-Landes en 2012... * Mon matériel photographique périclite. Mon avant-dernier compagnon, un D300 de Nikon, a énormément souffert, particulièrement lors des 6 mois passés au Chiapas à faire des photos des luttes zapatistes & indigènes. Il est revenu abîmé, le zoom est cassé, et surtout mon corps n'est plus compatible avec son poids (près de 6kg de matériel) pour les manifestations. Il faudrait nettoyer tout ça et réparer les dégâts, mais ça a un coût... que je ne connais pas mais sans doute plusieurs centaines d'euros ! Quand à mon compagnon actuel, un sympathique Panasonic Lumix LX100, il a beaucoup beaucoup baroudé avec moi depuis Noël 2016 et présente quelques problèmes à réparer. Sa limitation côté zoom me pose aussi des soucis qui m'empêchent de me tenir à la distance qu'il me faudrait respecter désormais face aux brutalités policières, ce qui me limite aussi beaucoup. Mais impossible d'envisager là aussi une réparation ou un nouveau compagnon plus proche de mes besoins... J'utilise aussi parfois mon smartphone Samsung Kzoom, qui lui aussi vieilli: il est de moins en moins mis à jour et présente désormais de nombreux bug : si je dois faire évoluer du matériel, c'est par là que je commencerais. //edit 2022: toute ma famille s'est côtisée pour que j'ai un samsung S21 neuf, ce côté là devrait être stable quelques années. Côté ordinateur, je travaille depuis longtemps sur un laptop qui a déjà dû changer de disque dur... Il devrait tenir encore un an ou deux, et j'ai en complément un très vieil écran pour l'étendre un peu. Le programme que j'utilise arrive à saturation. Il est vieux, n'est plus mis à jour, et j'avoue me questionner pour prendre un abonnement avec programme & cloud en ligne afin d'avoir une petite garantie, mais que se passera-t-il si je n'arrive plus à payer l'abonnement ? Et puis il y a le "trésor enfoui" : j'ai perdu, en 2012, deux ans d'archives photos dans la panne d'un disque dur pourtant monté justement en RAID pour ne pas perdre mes archives ! Renseignements pris, la récupération ne peut se faire que dans un laboratoire spécialisé et couterait entre 1200€ et 2000€... que je n'ai évidemment pas !

Côté infos c'est karacole. Peu de gens le savent mais j'ai tenu le rôle "secrétariat" de la lutte des intermittent-e-s de Nantes pendant plusieurs mois en 2003, diffusant partout informations, appels à mobilisations, analyses et compte-rendus fleuves. Ce faisant j'ai beaucoup appris sur la diffusion (qui était mon travail) et c'est ainsi qu'est née karacole ! En parallèle, au bout de quelques mois, j'avais mis en place "Resistemps", un agenda des luttes au nom digne des "jeux de mots à la nantaise" que je distribuais de main à main en manif. Depuis ce temps, mon engagement pour les médias-libres et le automédias n'a pas cessé, ce à quoi s'est greffé la nécessité de "gérer" les infos sur les réseaux sociaux marchands. Cela a pris de plus en plus de place jusqu'à être toute ma vie entre les années 2013 et 2018. Mais vraiment toute ma vie au point de terminer, en janvier 2018, date de la victoire du retour de l'Etat dans la ZaD de Notre-Dame-des-Landes, dans un très mauvais état. Je me suis employée, après les expulsions et la guerre express de 2018, à lâcher successivement toutes les charges de gestions que j'avais pu prendre. Je n'ai pas l'impression d'avoir fait suffisamment de transmission et de tuilage, et ça me frustre beaucoup je dois l'avouer. Pendant ces années, j'ai progressivement mis en place un compte "robot" karacole sur facebook et twitter qui diffuse automatiquement tout article ou évènement publié sur des médias libres locaux [44] et j'ai remis en route l'agenda militant https://44.demosphere.net que j'essaye d'alimenter régulièrement mais j'ai une telle saturation mentale que c'est très aléatoire. Je rêve que des gens pensent, enfin, à publier leurs évènement en priorité sur des outils libres comme ça plutôt que sur le très propriétaire facebook qui trace tout le monde ! Je continue à veiller à la transmission des infos depuis leurs sources, depuis la base, et je participe régulièrement à des alertes ou des campagnes de désintox, le plus souvent sur seenthis

Côté oripeaux c'est Kolavalk* Le macramé est la seule chose qui, désormais, arrive à m'apaiser et m'aider à ralentir. Mais si je veux continuer, voire en faire un revenu que je n'ai ni par la photo ni par l'info, il faudrait que je bascule dans de la production. Ce à quoi je me refuse. J'ai déjà fabriqué en série mais ça me renvoie au consumérisme, ce que je rejette, et ce qui m'importe c'est de faire des choses uniques (oripeaux), souvent avec une projection "mentale" dedans (grigris), et idéalement dédié une personne (talisman). Ces choses et leur "coût" peuvent difficilement se calculer, se prévoir, encore moins se rentabiliser. Bien sûr par moments, je fais des petites séries pour retrouver de la régularité dans le geste ou apprendre de nouvelles choses. Mais, au risque de surprendre c'est la seule partie de ma trilogie où je me sens, vraiment, créative, et que je souhaite absolument préserver autant que possible de la notion d'obligation de rentabilité.
Consciente des dégâts et des conditions de travail parfois pour des enfants, j'essaye de ne plus acheter de minéraux neufs, mais ce n'est pas simple de trouver des pierres d'occasion qui se prêtent au macramé (il faut des formes plutôt plates et régulières) . Côté perles et métaux, je privilégie les matériaux "nobles" (bois, coquillages, verre, etc.) . Et si je fais avant tout pour offrir, faire plaisir ou embellir l'espace autour de moi (donc mon voisinage) il est possible d'envisager de me demander quelque chose, en passant par le troc, l'échange de service...

Côté handicap ... oui, il faut que j'en parle. Pour résumer la chose, j'ai une malformation des genoux qui a été décelée, suite à un accident, pendant mon adolescence. D'autres accidents et trois opérations plus tard, mes genoux tiennent de plus en plus difficilement. Arthrose, arthrite, sur-poids, il est de plus en plus compliqué de bouger. Et je suis effarée par le manque de solutions collectives, comment le vélo et autres "transports modernes" sont en train de continuer le lent travail de sape du transport collectif... Comme on le dit (pas assez souvent) les villes sont conçues par des valides qui imagine que leur forme de déplacement est la seule qui vaille. Et pas uniquement les viles : ce à quoi je ne m'attendais pas, c'est que sur la ZAD j'ai été confrontée à autant de difficultés avec le validisme et ça m'a énormément choquée de le retrouver là aussi et, pire, plus violent encore à recevoir, de manière totalement décomplexée. J'habite actuellement un appartement que j'adore mais dans lequel, à cause de 2 étages mal-foutus, je m'isole, je me cloisonne même, ce qui entraine un cercle vicieux qui commence à me faire peur. Il faudrait que je déménage, et il me faudrait de l'aide pour désencombrer... sans jeter ! Ça fait des années que je cherche comment faire au mieux, mais comme j'en parle peu, il n'y a pas trop de perspectives. Il faudrait que j'habite en rez-de-chaussée, et peut-être dans une forme de collocation, je ne sais pas... Ce qui est sûr c'est que cet handicap grandissant et ralentissant m'a bien préparée à vivre en confinement. Je me suis auto-confinée dès le 8 mars et ne suis quasiment pas sortie de l'immeuble depuis (là, nous sommes en décembre 2020).

Bref, voilà beaucoup beaucoup de raisons qui m'ont fait lancer cette cagnotte. J'ai choisi un réseau libre dans lequel j'ai confiance.

Bien évidemment, tout revenu issu de cette cagnotte ou d'une de ces activités sera déclaré, et donc retiré de mes prestations sociales. Même s'il y a une absurdité complète dans ce fonctionnement basé sur un contrecoup trimestriel: comment mettre de côté de l'argent sur un trimestre quand tu es tout en bas financièrement ? Comment soutirer tes "investissements" matériels sur lesquels tu payes des taxes dans tes déclarations, tellement basses que le rapport temps-comptable et justifications (contrôles incessants) donne plutôt envie de tout abandonner. C'est d'ailleurs un cas de conscience complexe de sortir d'une protection collective malmenée et détournée de son but initial par le biais d'une cagnotte de soutien collectif mais précaire... Fait important : recevoir de l'argent par ici me permet, déjà, d'en donner une partie (à peu près un tiers) à différents projets libres : TOR / Riseup / Tails, Nos Oignons, demosphere, mastodon, F-droid, /.../ et liberapay, évidemment !

En imaginant que j'arrive à devenir plus qu'autonome, j'aimerai pouvoir faire plus de dons, en priorité aux Médias libres et automédias (j'en soutien déjà plusieurs) & initiatives émancipatrices comme les Legal Teams Défenses Collectives, les Streets medic, les Cantines.. etc. (y'en a tellement plein à aider encore!)

Linked Accounts

ValK owns the following accounts on other platforms:

Donees   Export as CSV

ValK donates publicly to 2 creators.

Avatar
LiberapayOrg
€0.25/week
Avatar
nos-oignons
€0.44/week

History

ValK joined 4 years ago.

Income Per Week (in Euro)

Number of Patrons Per Week